Avec un drone, tout le monde peut devenir journaliste ?


L'explosion qui a frappé la ville de New York le 12 mars dernier relance une nouvelle fois le débat sur l'utilisation des drones pour effectuer des prises de vue dans l'espace public. Photographe "amateur", Brian Wilson s'est rendu rapidement sur les lieux de l'accident pour prendre quelques photos aériennes qu'il a ensuite vendues au New York Daily News, évidemment ravi d'avoir accès à des images inédites.

Un bon coup pour le photographe qui, l'ère de rien, questionne également le métier de journaliste ! A l'heure du tout participatif, être l'heureux propriétaire d'un drone peut donner au quidam une sacrée longueur d'avance sur les reporter traditionnels. Imaginez la scène : au moindre fait divers un peu glauque, vous accourrez sur les lieux du drame avec votre engin, réalisez quelques prises de vue aériennes et revendez vos images au plus offrant. Tentant ? Pas si vite ! Pour ne pas rester sur le carreau, de nombreuses rédactions ont décidé de s'équiper en drone elles aussi. Reste que, carte de presse en poche ou non, l'utilisation de drones dans l'espace civil reste totalement interdite sans autorisation préalable (en France, en tout cas). Autant dire que pour le moment obtenir LA jolie vidéo aérienne qui fera baver le téléspectateur tout en restant dans les limites de la loi est parfaitement impossible...


Source.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire