Interview d'Eric Dupin, consultant Web, blogueur et "droniste" amateur


Merci à Eric Dupin, à qui l'on doit le célèbre site d'actu geek Presse-Citron, mais aussi Smartdrones et Dronestagr.am (génial site de photos aériennes prises via drones), de répondre à nos questions cette semaine. Un vrai passionné qui partage avec nous son expérience et donnera envie à beaucoup, j'en suis sûr, de se lancer dans l'aventure drone.

1. Depuis quand t'intéresses-tu aux drones ? D'où t'es venu cet intérêt (photo/vidéo aérienne, modélisme, robotique...) ?
En bon geek et féru de high-tech, je m’intéresse de près à tous les gadgets, ludiques, futiles ou utiles, depuis de longues années. C’est un peu mon métier via Presse-citron après tout !
Concernant les drones, c’est particulier et je crois que c’est de famille : un de mes oncles était un fana absolu d’aviation et de vol RC (il pilotait aussi de vrais avions... qu'il fabriquait lui-même !), et c’est là que j’ai dû prendre un peu le virus, qui est resté en sommeil jusqu’à il y a quelques années, quand l’évolution des technologies numériques, la miniaturisation, le BlueTooth, l’infrarouge et le WiFi ont fait leur apparition, permettant à des petits engins tenant dans la paume de la main de voler et d’être pilotés avec précision.

2. Quel est le matériel que tu possèdes ? En es-tu satisfait ? Prévois-tu de nouveaux achats prochainement ? 
Après quelques temps avec un AR.Drone 2.0 je suis passé à l'incontournable duo DJI Phantom + GoPro 3. J'ai également un Hubsan X4 pour m'entrainer et je viens de recevoir le X4 H107D FPV avec caméra intégrée et retour vidéo direct en streaming via la radio. Un grand écran intégré dans la télécommande affiche en direct ce que filme l'engin. C'est magique, surtout quand je t'aurai dit que le drone tient dans la paume de la main et a quand même une portée de 100m !

3. Quels sont les principaux usages que tu fais de ton drone ? Où l'utilises-tu généralement ?
Je m'en sers exclusivement pour faire de la prise de vue aérienne, essayer de faire de belles images. Dès que je pars quelque-part, j'essaie de le prendre avec moi et de le faire voler pour faire quelques vidéos et photos, si les conditions (temps, sécurité...) le permettent bien sûr. La dernière fois c'était en Provence.

4. Y a-t-il des innovations que tu attends impatiemment en la matière (je pense par exemple à la faible autonomie qui peut encore freiner certains usages) ?
Effectivement l'amélioration de l'autonomie (qui est généralement d'environ 10mn sur ces engins) serait un plus mais ça vient : la dernière version de l'AR.Drone tient 20mn et le prochain DJI Phantom Vision qui va arriver dans quelques jours tiendra 30mn. Cela étant je ne suis pas sûr que ce soit vraiment un problème : quand tu as déjà volé 10mn, avec la concentration et la tension nerveuse que cela demande, et le fait que tu regardes en l'air pendant aussi longtemps en te tordant les cervicales à 90 degrés avec le soleil dans la poire, généralement tu es content de faire atterrir ton drone pour faire une petite pause. Essayez de regarder un point à la verticale au-dessus de vous pendant 10mn non stop et vous verrez de quoi je parle :-)

Sinon, il y a encore plein de choses à améliorer sur les drones de loisirs destinés au grand public ou au "semi-professionnels" qui veulent faire de la prise de vue occasionnellement, notamment en rendant les machines d'origine "out of the box" conformes à la législation en vigueur : altimètre barométrique, limiteur d'altitude, enregistreur de vol, système de retour automatique etc. Certains commencent à être bien équipés mais il y a encore des progrès à faire.

5. Maitrises-tu la législation française en matière de vol ou fais-tu plutôt confiance à ton bon sens ? 
Je connais bien la législation et ses fameux quatre scénarios, mais elle est définitivement trop contraignante, mal adaptée à la demande et déjà dépassée par la technologie, bref un truc de bureaucrate, compliqué et trop limitatif comme on sait très bien les faire en France. Il faut évidemment des règles, mais elles devraient être assouplies. Quand je fais voler mon X4 qui pèse tout juste 50g (ou la version sans caméra qui pèse moins de 30g), je ne crois pas que je mette la vie de qui que ce soit en danger. Il ne faut pas se mentir : dans l'état actuel de la législation, si on l'observe à la lettre, tous les drones de loisir et leurs pilotes sont hors-la-loi, à commencer par l'ARDrone. Que fait-on ? On les range dans un placard ? Non, on vole en faisant appel à notre bon sens et en observant au maximum des règles de prudence et de respect des autres : pas de vol au-dessus de personnes, et encore moins de foules, pas de rase-motte, pas de survol de routes, si on fait des prises en milieu urbain, faire ça très tôt le matin le weekend quand il n'y a personne, etc... 

6. As-tu une anecdote à propos de ton drone que tu voudrais partager avec nos lecteurs ?
Ah oui. Il faut savoir que même quand on vole en rase campagne, il y a des risques, pas pour les personnes, mais pour le drone lui-même. Or à la campagne le plus grand ennemi du drone est... l'arbre. Vous survolez une belle rangée de sapins très hauts ou même de platanes et hop, vous faites une petite erreur de  pilotage (généralement une erreur d'appréciation de l'altitude de l'engin par rapport à la cime des arbres). Ou il y a une petite rafale de vent soudaine. Et là c'est le drame : sans qu'il ne subisse le moindre dégât, votre drone va se planter au sommet d'une branche, à 20m de haut, et vous ne pouvez pas lé récupérer., juste le regarder et lui dire adieu (ou appeler les pompiers et leur grande échelle, bon courage...) Les arbres me terrorisent plus que tout autre obstacle. Çà m'est arrivé avec l'AR.Drone. Coincé au sommet d'un pin, je ne le voyais plus mais il a continué à filmer pendant 20 mn (quand il ne fait que filmer sans voler, l'autonomie est bien meilleure) et je voyais ce qu'il filmait sur l'écran de mon iPhone sans rien pouvoir faire ni le localiser :-) Ca s'est bien terminé, après une périlleuse et sportive séance d'escalade dans l'arbre :-)

7. Tu as lancé récemment les sites Dronestagr.am et Smartdrones, comment évolue la fréquentation de ces sites ? Perçois-tu un intérêt grandissant du grand public pour les drones actuellement ?
Oui, c'est évident. L'audience progresse mais de façon différente. Sur Dronestagr.am cela fluctue beaucoup en fonction de la couverture média. Nous avons régulièrement des articles dans des gros sites dans le monde entier et cela génère des dizaines  milliers de pages vue sur une journée, mais pas tous les jours, évidemment. Pour Smartdrones c'est différent, c'est une progression normale, linéaire, c'est encore un sujet de niche, mais le site est désormais dans les premiers résultats sur les bons mots-clés dans Google et visiblement ça commence à payer :)

8. Quels conseils (tant sur un plan matériel qu'autre) donnerais-tu à quelqu'un qui voudrait débuter avec un drone ?
Il faut absolument commencer avec un petit drone pas cher, genre un Hubsan X4 à moins de 50 euros, et prévoir à la commande plusieurs jeux d'hélices de rechange car l'engin est solide mais ce sont les hélices qui cassent régulièrement lors des crash (ça ne coûte rien les hélices). Avec ça on peut vraiment s'initier au pilotage de drone, y compris en indoor, chez soi ou idéalement dans un hangar, ou bien sûr, dehors s'il n'y a pas de vent. Comme l'engin est petit et nerveux et ne possède pas les outils de stabilisation des drones plus sophistiqués, il est plus difficile à maîtriser. Donc, si après on passe à du matos plus gros, plus cher, voire carrément pro, on aura déjà de bonnes notions et on saura piloter (notamment en commandes inversées quand on a le drone en face de soi) et un gros drone est bien plus facile à maîtriser, à condition que l'on ait de l'espace autour de soi pour le décollage et l'atterrissage bien sûr.  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire