"Piloter un drone de guerre s'apparente plus au Truman Show qu'à Terminator"


Je partage avec vous un excellent article paru hier sur POPSCI. Le journaliste Kelsey Atherton attire l'attention sur les propos de pilotes de drones de l'armée américaine recueillis par l'auteur Mark Bowden. Les témoignages sont assez dérangeants, notamment parce qu'ils montrent que, contrairement aux idées reçues, les pilotes de drone sont bien au coeur de la guerre, peut-être même plus que jamais.

J'ai traduit un des extraits de Mark Bowden qui s'appuie sur le témoignage d'un pilote du nom de Dan :
La formidable clarté de l'optique du drone a un inconvénient. S'il était pilote d'un [avion furtif] B-1, Dan n'apprendrait les détails de son intervention armée que pendant le débriefing post-mission. Mais quand il pilote un drone, il peut voir le carnage au plus près, en temps réel, le sang et les parties du corps sectionnées, l'arrivée des secours, l'angoisse des parents et amis. Souvent, il a observé les individus qu'il tue pendant de longues périodes avant d'appuyer sur la gâchette. Les pilotes de drones se familiarisent avec leurs victimes. Ils les voient dans leur quotidien, avec leurs femmes, leurs amis, leurs enfants. La guerre à distance peut s'avérer intime et troublante. Les pilotes n'en sortent pas indemnes. "Il y a un lien viscérale avec les opérations sur le terrain, explique Dan. Quand vous scrutez le champ de bataille, quand vous écoutez le gars que vous protégez qui est sous le feu, vous entendez le stress dans sa voix, vous entendez les émotions [...], et quand vous êtes appelé à tirer un missile ou à laisser tomber une bombe, vous assistez aux effets de cette puissance de feu". Le pilote de drone est finalement témoin de la guerre d'une manière beaucoup plus immédiate que dans le passé, et il bat en brèche l'idée selon laquelle lui et ses collègues seraient comme des joueurs de jeux vidéo, détachés de la réalité de leurs actions. [...].

Ceci explique peut-être aussi pourquoi l'armée américaine manque de volontaires pour piloter ses drones : ces appareils ne rendent-ils pas l'ennemi encore plus humain ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire